Les vacances de Deuxième Page commencent, et c’est peut-être l’occasion de te replonger dans nos anciennes publications ! Grâce à notre outil de calcul haute technologie (Google Analytics), nous avons compilé les 40 articles les moins lus depuis le lancement de la nouvelle version du webzine en mai 2016. Voici d’ores et déjà les 20 premiers, que tu peux lire ou relire à l’envi. Parce que la culture, ça se cultive toute l’année !

 

Missfits #2 : Sarah Vaughan, la reine indétrônable du bebop

Sarah Vaughan

Figure incontournable du bebop, Sarah Vaughan a marqué à jamais l’histoire du jazz. Celle qui a inspiré des générations de chanteuses et de musiciennes, dont Amy Winehouse, enchantait son public. En quarante-sept ans de carrière, Sarah Vaughan a démontré qu’en plus d’avoir du talent, elle avait du courage. Sur fond de ségrégation raciale, de misogynie et d’intolérance, sa vie a constitué une lutte permanente. Nous avons tenu à lui rendre hommage.

 


Interview : Mizan K, des chansons pour laisser fleurir la beauté des sentiments

Artiste aux multiples talents, Mizan K n’a pas peur de diversifier les tâches − de la réalisation de chacun de ses clips à la composition, en passant par l’écriture et la production de toutes ses chansons. Installée à New York, la jeune femme s’est fait connaître grâce à 7 Billion, démonstration minimaliste de sa virtuosité, dans laquelle sa voix et son piano ne font qu’un. Nous l’avions rencontrée à l’occasion de la sortie de son premier EP, Dark Blue, sorti en novembre 2015.

 


Soupe de Cheval, quand la Russie se fait cuisiner par Vladimir Sorokine

Sorokine Couv

En octobre 2015, Soupe de Cheval, un court roman de Vladimir Sorokine, paraissait dans sa version française aux éditions de l’Olivier. Auteur à la fois très populaire et controversé, Vladimir Sorokine est l’une des figures éminentes de la littérature russe contemporaine et un critique véhément du poutinisme. Dans Soupe de Cheval, c’est cette Russie qu’il décrit, sous un jour pour le moins inquiétant. Mafia, corruption, violence et pacte culinero-faustien donnent à cette nouvelle des aspects de parabole fantastique de la Russie postsoviétique.

 


Jenny Jaffe, parler des maladies mentales pour combattre les idées reçues

De manière générale, les discussions publiques autour des maladies mentales sont inexistantes. Ou, lorsqu’elles ont lieu, elles sont souvent l’occasion de déverser un flot d’idées reçues à leur sujet. Pour contrer les tabous et l’ignorance, l’Américaine Jenny Jaffe a créé le Project UROK, une association à but non lucratif dont les objectifs principaux sont d’ouvrir la discussion sur les troubles mentaux et de déstigmatiser les maladies à l’aide de vidéos de témoignages.

 


Mistress America, super-héroïne des maux contemporains (2016)

MISTRESS AMERICA

Tracy Fishko a 18 ans. Elle vient d’arriver à New York et se rêve autrice. Brooke est une joyeuse trentenaire new-yorkaise à la fois exubérante, brillante, idéaliste et amère. Cette dernière devient vite la muse de Tracy, mais une muse déboussolée et désenchantée dont la vie est une errance sans fin. Avec Mistress America, Noah Baumbach  propose une œuvre légère et sensible, magnifiquement scénarisée, dans laquelle on voudrait suivre ses super-(anti-)héroïnes jusqu’au bout du monde.

 


Sans droits ni loi #10 : Le monde merveilleux de Lewis Carroll au cinéma

Alice_in_wonderland_Tea_Party_1915

Avant l’Alice hallucinée de Disney en 1951 et celle insignifiante de Burton, le monde des merveilles de Lewis Carroll avait déjà été adapté pour les salles obscures − et ce, quasiment dès les débuts du cinéma. Pas toujours réussies, ces productions ont néanmoins encore aujourd’hui un impact important sur notre culture contemporaine. Retour sur deux films muets datant du début du XXsiècle, ainsi que sur les résonances actuelles des aventures d’Alice dans le monde vidéoludique notamment. 

 


Pendant que le loup n’y est pas, l’imaginaire rôde dans les bois

couv atrabile

Les éditions Atrabile ont publié en 2016 l’un des albums les plus touchants et sérieux de ce début d’année. Pendant que le loup n’y est pas est  une bande dessinée grand format qui invite le lecteur à regarder à travers les yeux des plus jeunes. Un échange silencieux entre deux autrices, Valentine Gallardo et Mathilde Van Gheluwe, qui, en associant leurs dessins, partagent sur l’enfance, ses obstacles et les menaces qui font de cette période un moment singulier de la vie.

 


Interview : Rachel Davies, chanteuse, musicienne et parolière d’Esben & the Witch

http-::lucytakesphotos.blogspot.fr:2010:08:esben-and-witch.html:jpeg

Esben & the Witch, groupe de rock indé originaire de Brighton, ne nous raconte pas de belles histoires pour endormir les enfants le soir venu. Leur musique quasi martiale, apaisée par la voix profonde de la chanteuse Rachel Davies, éveille notre côté sombre, nos idées noires. Ensorceleuse au timbre cassé, la compositrice, parolière et multi-instrumentiste nous a interpellé-e-s par la simple force de sa sagacité.

 


La vie ne me fait pas peur de Noémie Lvovsky (1999) 

vie ne me fait pas peur de Noémie Lvovsky 3

La vie ne me fait pas peur (1999) est le troisième film de Noémie Lvovsky. Véritable bombe d’énergie brute, qui nous fait passer des cris aux murmures et du rire aux larmes, le film raconte quatre adolescentes qui se heurtent aux parcours contradictoires de leurs années lycée. Émilie, Inès, Stella et Marion cherchent les emmerdes de l’amour, les frissons de l’existence, les jouissances de l’impossible. En somme, tout ce qui pourra les armer pour affronter la vie. 

 


Interview : Corrina Repp, panser les plaies de l’existence en musique

Corrina Repp Une

Depuis le très beau The Absent and the Distant sorti en 2006, Corrina Repp n’avait pas proposé de nouvel album solo au public. En 2015, après des ruptures à la fois musicales et amoureuses, la musicienne est revenue avec The Pattern of Electricity, conjugaison au présent de tous ses démons passés. Parolière, compositrice et performeuse, Corrina Repp a effectué sa plus belle mue dans ce LP, moins folk que les précédents et beaucoup plus pop.

 


Aya de Yopougon, coupé-décalé dans le neuvième art

Aya

Petit bijou sucré de la bande dessinée française, Aya de Yopougon nous transporte en Afrique. Mais attention, pas n’importe quelle Afrique ! Celle que l’on présente trop rarement, rythmée par la jeunesse, les rires et l’insouciance. Aux côtés d’Aya, les lecteurs-rices pénètrent dans un univers coloré et joyeux, à la découverte d’une Afrique méconnue. 

 


Quand Mathieu Guillien met la techno face à ses origines

underground_resistance__568bcc10ef563

La techno aurait-elle oublié son histoire ? Dans l’ouvrage La Techno minimale de Mathieu Guillien, le spécialiste des musiques électroniques revient sur les origines de celles-ci. Entre perte d’identité, changements permanents et industrialisation à grande échelle, le pianiste et docteur en musicologie nous rappelle la nécessité de retracer l’évolution de cette musique, et n’oublie pas d’en dénoncer les dérives racistes.

 


HP de Lisa Mandel, diagnostic en terre d’asile

HP LM

En 2009 et 2013 sortaient respectivement les tomes 1 et 2 de HP, une bande dessinée de Lisa Mandel ayant pour sujet le milieu de la psychiatrie en France depuis les années 1960.  Celle-ci offre une voix forte à des personnes généralement cataloguées : les « fous », les « monstres » et autres « aliéné-e-s » d’une part, les infirmiers-ères « tortionnaires », les « bourreaux », ces « idiot-e-s sans éducation scolaire » d’une autre… La réalité se fait alors moins simple, et c’est une bonne chose.

 


Maurèen Poignonec, retour au pays imaginaire en quelques coups de crayons

© Maurèen Poignonec

À 24 ans seulement, Maurèen Poignonec est une illustratrice jeunesse extrêmement prometteuse. De nature timide et réservée, elle trouve dans le dessin un moyen de se créer une bulle fantastique, haute en couleur, qui agirait comme une barrière protectrice dans un monde en souffrance. Elle a accepté de partager avec nous son univers poétique, dans lequel de drôles d’animaux subliment les différents versants de l’humanité. 

 


Le punk de Schrödinger : oseras-tu ouvrir la boîte ?

Nina Hagen par Pierre Terrasson, 1982

« Punk is (not) dead. » Que vous connaissiez bien le punk ou non, vous avez probablement déjà entendu ou lu cette phrase quelque part, sur un T-shirt, dans la rue, sur des murs, dans un magazine… Mouvement aussi bref qu’intense des années 1970, le punk a marqué les esprits à travers les époques. Paradoxalement, il semblerait qu’il soit aujourd’hui à l’agonie. Alors, mort ou pas, le punk ? 

 


Mustang de Deniz Gamze Ergüven, à l’ombre des jeunes filles en fugue (2015)

mustang 2

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2015, Mustang est le premier film de la réalisatrice Deniz Gamze Ergüven. Il raconte l’histoire de cinq sœurs contraintes à vivre enfermées du jour au lendemain pour avoir joué innocemment dans l’eau avec quelques garçons. D’une grande justesse, Mustang saisit avec délicatesse l’indomptable désir d’une jeunesse condamnée à rentrer dans l’ordre, au sein d’une société turque contemporaine et liberticide.

 


Mad Max: Fury Road, le patriarcat a-t-il provoqué l’apocalypse ?

Mad Max: Fury Road, réalisé par George Miller (2015) © Warner Bros.

Trente ans après le dernier volet, George Miller a redonné vie à sa saga culte avec Mad Max: Fury Road, un long-métrage dont la forme prend celle de la beauté absolue. Suivant les lignes d’un récit post-apocalyptique élémentaire, le film tisse sa toile de démence sur fond de Dies Irae affolant, prônant un discours indubitablement militant, féministe et contemporain.

 


Burlesque grrrl, libère-toi !

Le genre burlesque n’a pas débarqué avec Tournée de Matthieu Amalric, en 2010, mais a bien une historicité essentielle, que ce soit dans le cadre de l’émancipation des femmes ou de l’évolution des arts du spectacle. Des premiers écrits burlesques il y a cinq siècles de cela aux festivals parisiens contemporains, ce mouvement artistique dépasse de loin le cliché des cache-tétons qui virevoltent. Let the show begin!

 


Interview : Catherine Graffam, exposer les invisibles à la lumière du jour

Cat

Rencontre avec la peintre Catherine Graffam, femme trans luttant pour la visibilité et les droits des autres femmes trans. Ses portraits veulent éveiller les consciences, mettre en exergue les injustices et revisiter l’histoire de l’art en interrogeant nos idées reçues. Un témoignage important dans notre société hétéronormée et sexiste.

 


L’Homme tranquille, ou quand John Ford rit de la misogynie (1952)

L'homme tranquille © Les films Fernand Rivers

L’Homme tranquille est une comédie romantique sorti en 1952 dans laquelle John Ford utilise à l’excès les clichés sur l’Irlande, ainsi que sur la condition féminine. Mais jouer de la caricature pour mieux rire de la misogynie, est-ce vraiment efficace ?