Au premier coup d’œil, Bang Gang est un film sur l’adolescence, les jeunes et le sexe. Pourtant, c’est bien plus que cela. Inspiré d’un fait divers qui dans les années 1990 a fait scandale aux États-Unis, ce teen-movie de la réalisatrice française Eva Husson nous plonge dans les méandres et les délires d’une jeunesse assoiffée de liberté. Une bouffée d’oxygène à consommer sans modération.

 

Été 2015. Dans une petite ville perdue de la banlieue of Nowhere, des ados s’ennuient… En cours ou en famille, rien n’y fait. Tous se sentent incompris. Il y a d’abord Alex (Finnegan Oldfield, à la fois en queutard viril et garçon fragile, crève l’écran), le beau gosse livré à lui-même dans une immense maison que sa mère lui a laissé le temps d’un road-trip au Maroc. Nikita, son meilleur ami à l’aise dans ses baskets, amateur de weed, de MDMA et toujours prompt à se mettre à poil. George, la bombe du collège, blonde platine au regard de braise (Marilyn Lima est une BB en puissance). Laetitia, sa seule amie, moins populaire mais pas farouche. Et enfin, Gabriel, bel éphèbe aux cheveux frisés, dont le mystère reste difficile à percer.

Bang Gang, réalisé par Eva Husson, Ad Vitam © 2016

Bang Gang, réalisé par Eva Husson, Ad Vitam © 2016

Une bande d’électrons libres en somme, qui sous les effets d’un soleil euphorisant va s’échauffer. Car que fait-on pour s’amuser quand on a seize ans, qu’on communique via écrans interposés, qu’on traîne tous les jours sur internet pour mater des vidéos de LOL Cats ou du porno, et qu’on a envie de tester ses limites ? Alex et ses potes, eux, vont inventer un truc : le bang gang. Et dans cette aventure hautement physique, ils vont embarquer la moitié des jeunes de la ville, dans l’incrédulité totale de leurs parents.

 

Des jeunes gens modernes

Difficile de s’identifier à ces ados de la génération Z quand on a pourtant seulement vingt-cinq ans (la génération Y est déjà trop has been). Elle court, elle court, la jeunesse d’aujourd’hui. Pas le temps de la rattraper – un Snapchat partagé, une photo postée sur Instagram, un <3 envoyé sur Tinder, que sais-je encore ?! –, elle est déjà en train de tchatter sur un nouveau réseau social. Il faut donc savoir la contenter, à base de jeux virtuels réels, des délires collectifs en mode sexe, drogue et électro. Le cocktail décapant pour des jeunes assoiffés de rapprochements et de liberté.

Mais quelle liberté ? Sans jamais porter de jugement sur ses personnages, la réalisatrice se demande si ces ados ne se trompent pas de combat. Elle le prononce à demi-mot dans la bouche du père de Gabriel : « Il y a des gamins qui font la révolution. Et vous, vous vous battez pour avoir le droit de baiser le plus possible » Le sexe. Ces ados ne pensent qu’à ça. Au point d’en oublier ses effets secondaires : les MST, le risque de tomber enceinte, et désormais de retrouver sa sex-tape sur YouTube. L’ivresse est tentante, mais la descente peut faire mal. Eva Husson, ou plutôt notre époque actuelle et progressiste, leur offre — heureusement pour eux — une issue de secours. Vive la pilule, la pénicilline ou le bouton « Supprimer » (même si l’option « droit à l’oubli » n’a malheureusement pas encore été créée).

 

#ChaleurBonheur

N’en déplaise à Christine Boutin, les temps ont changé, l’adolescence aussi. On a beau la critiquer, lui reprocher son manque de maturité, son état apathique et frivole, son insouciance et ses débordements, il faut reconnaître aux jeunes le droit de s’exalter. Les scènes de sexe sont d’ailleurs filmées sans fausse pudeur. Entre trois ou quatre partouzes, les corps des acteurs se dénudent naturellement, volontairement, dans la joie et la bonne humeur. Le tout sur la musique onirique de White Sea.

Bang Gang, réalisé par Eva Husson, Ad Vitam © 2016

Bang Gang, réalisé par Eva Husson, Ad Vitam © 2016

C’est le fameux « #ChaleurBonheur » de George :

Femme/héroïne en pleine puissance sexuelle qui nest pas punie. Ce qui est souvent irrecevable dans une narration masculine, argumente Eva Husson. Cest Chloë Sevigny dans Kids, de Larry Clark, Emily Watson dans Breaking the Waves, de Lars Von Trier Cela nen fait pas des films moins bons, cela souligne simplement le fait que, dans le réel, il y a une autre sorte de puissance sexuelle féminine possible. George ne connaît pas ce sort. Ce nest pas une victime.

Emma Bovary n’a donc qu’à bien se tenir. Car, à quel moment de notre vie pouvons-nous aussi bien profiter de cette innocence et apprendre de nos erreurs ? Le bel âge nous offre la possibilité de repousser nos limites, et retenir les bévues de nos folies passagères. Avant d’être vieux, n’oublions pas d’être jeunes (et peut-être un peu cons).

 


Bang Gang (une histoire d’amour moderne), d’Eva Husson, sortie le 13 janvier 2016.