Alors que l’on commence tout juste à faire un peu plus cas de la question de la transidentité, on en oublierait presque que le sujet n’est pas si récent qu’il en a l’air. Depuis quarante ans, la photographe américaine Mariette Pathy Allen atteste de sa vivacité à travers son travail, que ce soit dans son analyse de la société contemporaine ou des rituels d’Asie vieux de plusieurs siècles… Retour sur un parcours parsemé d’images.

 

C’est presque par hasard que Mariette Pathy Allen se lance dans la photographie. Initialement intéressée par la peinture, elle obtient son diplôme des Beaux Arts de l’université de Pennsylvanie au milieu des années 1960, où elle suit ensuite les cours du photographe Harold Feinstein.

C’est le coup de foudre pour cette discipline. La jeune femme se lance et reçoit rapidement une commande d’une série de photos urbaines pour le musée d’État du New Jersey, avant de s’investir dans ses premiers travaux personnels en 1968. Au départ, il s’agit surtout de photos sur l’art, sur la cohabitation des gens et des œuvres dans les mêmes espaces, sur les artistes ou encore sur la confusion visuelle entre les êtres vivants et les objets.

Downtown Reflections« NJ/Philadelphia », 1968. © Mariette Pathy Allen

Mais le tournant dans la carrière de Mariette Pathy Allen intervient en 1978, soit dix ans plus tard. Durant la parade du Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans, elle est invitée à prendre le petit déjeuner avec un groupe de crossdressers (des drag queens et des drag kings) logeant dans le même hôtel qu’elle. Elle se souvient de cette rencontre qui marquera à jamais son travail :

Au moment de prendre une photo de groupe, j’ai été émue en me retrouvant face au regard de l’une des personnes : je me suis sentie comme si je regardais l’essence même d’un être humain, plutôt qu’un homme ou une femme, explique-t-elle sur son site officiel.

Sa première série de photographies, « Transformations: Crossdressers and Those Who Love Them », réalisée entre 1978 et la fin des années 1980, est ainsi dédiée aux hommes s’habillant avec des vêtements traditionnellement réservés aux femmes, entourés de leurs familles.

Rachel, observant son père se transformer en Paula, « Transformations – Dye Transfer », 1978-1989. © Mariette Pathy Allen

 

La photographie pour témoigner des existences transverses

Les photos de Mariette Pathy Allen se font les témoins d’existences transverses. Transgressant la répartition binaire des genres, ces dernières sont souvent joyeuses et semblent attester de la quête réussie d’un équilibre personnel, sensible et délicat.

S’étalant sur quatre décennies, le travail de la photographe retrace la lente évolution du traitement de la question du genre par la société américaine, et surtout par celles et ceux qui ne se sentent pas représenté-e-s par l’attribution sociale forcée des catégories « homme » et « femme ». Mariette Pathy Allen suit alors sur plusieurs décennies l’évolution de la question trans* à travers l’expérience de celles et ceux qui la vivent. Elle réalise d’abord le portrait de crossdressers chez qui la transidentité se réalise essentiellement par le vêtement, avant de s’intéresser à la visibilité des personnes trans* ayant recours aux traitements hormonaux quelques années plus tard.

Chloe, Kim, et Eva, sur les quais, NYC, « The Gender Frontier », 2003. © Mariette Pathy Allen

Mais Mariette Pathy Allen nous confronte également à la perception du genre dans d’autres sociétés que la nôtre, d’autres cultures. En 2012, elle entame une série sur les personnes trans* à Cuba, puis une autre en 2014, sur des médiums en Birmanie et en Thaïlande qui se parent de vêtements identifiés comme féminins lors de leurs rituels.

À travers ce travail d’immersion, elle nous invite à sortir de notre point de vue d’occidentales-taux, à relativiser nos préjugés sociaux quant à la place de chacun-e vis-à-vis des normes genrées.

Nomi et Miguel, partenaires, qui regardent la télévision à l’appartement de Malu, « Havana, TransCuba », 2012-2014. © Mariette Pathy Allen

 

L’intime pour dépasser la différence

Par leur aspect intimiste, les photos de Mariette Pathy Allen tendent à effacer la distance qui pourrait séparer les spectateurs et spectatrices des personnes qui choisissent de transgresser l’identité de genre qui leur a été attribuée à la naissance. Elles témoignent des relations de complicité liant beaucoup de couples constitués de personnes trans*.

Ces unions viennent particulièrement remettre en question l’essentialisme présupposé du couple hétérosexuel. Est-il nécessaire de se référer à ce qu’étaient les personnes avant leur transition ? Un couple trans* doit-il toujours subir le soupçon d’une homosexualité refoulée ou d’un autre déni de cet ordre ? Ou doit-on simplement se laisser toucher par l’authenticité du lien qui unit deux personnes ? Le travail de Mariette Pathy Allen ne cesse de titiller la ténacité des préjugés et de l’intolérance des normes sociales à ce sujet. En effet, du moment que deux personnes s’aiment, qu’importe le genre finalement.

Spirit Mediums in Burma and Thailand, 2017. ©

« Spirit Mediums in Burma and Thailand », 2017. © Mariette Pathy Allen

La nécessaire réappropriation de l’image de soi dépasse ici le simple narcissisme, elle montre la façon de se présenter au monde et la place qu’y ont choisie les personnes trans*. Dans le travail de Mariette Pathy Allen, l’on se prend à aimer la douceur de ces visages qui nous contemplent et nous rappellent qu’il y a au fond de chacun-e de nous un peu d’une autre vie que celle que l’on a cru devoir investir en premier lieu.

 


Tu peux retrouver toutes les photographies de Mariette Pathy Allen sur son site officiel. Son dernier livre, Transcendents: Spirit Mediums in Burma and Thailand, sorti chez Daylight Books en novembre 2017, « étudie la variance de genre au sein des cultes spirituels en Birmanie et en Thaïlande ».

 


Image de une : Toby, en fin de journée, « Fantasy & Flowers », années 1970-1980. © Mariette Pathy Allen