Ursula nous emmène le temps d’un trajet sur le retour de la maison. Dans sa bulle musicale : Etta James, Gloria Gaynor, Diana Ross et Aretha Franklin. De quoi parer à la morosité ambiante et l’ankylose permanente que sont devenues nos journées. 

 

Il y a des voix qui te font traverser une journée. Elles peuvent être dans la radio, dans la télévision, dans tes écouteurs, ou même dans ta tête. Toutes ces résonances rassurantes, avec des pointes anxiogènes que l’on calme en écoutant secrètement et honteusement un air prédigéré aux notes limitées.

J’aime marcher dans les rues en laissant aux petites voix dans ma tête toute la place de s’exprimer. J’avance, le visage fermé. Je laisse Aretha s’inviter et me faire danser. Imagine les mouvements que je fais quand tu me regardes, mais que tu ne me vois pas. J’ai le sex-appeal de Donna, la voix de Diana, l’aura magique d’Etta. Ma jauge de bonheur monte aussi vite que Gloria dans ses octaves. J’embarque mon bus vieillissant. Toujours la même ligne. Mes hanches se désolidarisent du reste de mon corps et j’improvise une chorégraphie affranchie de toutes les contraintes du jugement. Je regarde l’inconnue qui n’a aucune idée de ce qu’il se passe dans cette boîte crânienne endommagée et l’agresse de mon regard qui hurle «I am what I am», mais n’esquisse pas l’ombre d’un mouvement. 

Je descends du bus, la lumière se concentre sur moi, dans cette robe moulante. Mes courbes forment un chemin vers un autre cosmos. Les éclairages se reflètent sur mes strass, qui m’illuminent comme un diamant. Mes voisin-e-s m’aident à descendre les deux marches du véhicule dans une émanation irréelle, soudainement vêtus de slips dorés et de boas interminables. « A hurricane is coming toniiiight. »

Cette expédition, ces vingt minutes dans les transports, dans la rue, c’est la garantie de ma sanité. Car lorsque j’arrive chez moi, je laisse le flot d’informations reprendre le dessus, cherchant en vain la poésie du monde qui semble nous échapper comme autant de bulles musicales. 

Ursula

 


Tracklist :

  1. Etta James – Something’s Got A Hold On Me
  2. The Bobbettes – Mr. Lee 
  3. Gloria Gaynor – I Am What I Am
  4. Gloria Jones – Tainted Love
  5. Carol Douglas – A Hurricane Is Coming
  6. The Supreme – You Keep Me Hangin’ On
  7. Sharon Jones and the Dap-Kings – 100 Days, 100 Nights
  8. Diana Ross – I’m Coming Out
  9. Etta James – I’d Rather Go Blind 
  10. Lesley Gore – You Don’t Own Me
  11. Dinah Washington – This Bitter Earth
  12. Aretha Franklin – Chain of Fools
  13. Donna Summer – I Feel Love

 


Image de une : House on Fire. © Anna et Elena Balbusso