Les coups de cœur de Think tank by 2P

 

Sur l’écran de la rédac de Deuxième Page

  • Coup de film, le long-métrage de la semaine : c’est l’été (bienvenue ô Reine Canicule), une période compliquée pour nos neurones écrasés par la chaleur. Mais parfois, il suffit de pas grand-chose pour oublier la sueur qui nous coule dans le dos et l’apathie générée par les ardeurs météorologiques. L’occasion idéale donc de nous replonger dans les films qui nous ont fait vibrer et qui nous rafraîchissent l’esprit. Là-haut, réalisé par Pete Docter et Bob Peterson, en fait parti. Ce film d’animation met en scène l’amitié improbable de Carl et Russel. Le premier est un vieillard un poil taciturne que la société voudrait mettre au rebut. Obstiné et déterminé, il en décide autrement et part à l’aventure. L’autre moitié de notre duo est un explorateur de huit ans, naïf, optimiste et avec de l’enthousiasme à revendre. De quoi submerger Carl, très occupé à être renfrogné et grognon (pour notre plus grand plaisir). Là-haut nous propose de voyager à leurs côtés le temps d’un film, le tout en maison volante (qu’on se le dise, l’hélium et la magie du cinéma sont les ingrédients d’une histoire réussie). On découvre ainsi l’Amérique du Sud, au cœur de laquelle nous faisons la rencontre d’animaux fantastiques et de chiens qui parlent. Cela pourrait être amplement suffisant pour combler nos cœurs de joie, mais ce long-métrage dépasse nos espérances. Il raconte les affres de l’enfance, ses difficultés, les rêves qu’elle porte et l’espoir résolu des bienheureux-ses. Et son message s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Le tout est tendre et touchant, poétique et lumineux. Alors – non pas que l’on t’incite à l’indolence –, si tu ne sais pas quoi regarder sous 30 degrés en slip dans ton canap’, Netflix est ton ami. Et si tu habites à Clermont-Ferrand, Là-haut repasse même au cinéma !
  • RévâsSéries, la vie de la rédac depuis son canapé : alors que la chaleur nous emprisonne le corps et l’esprit, Deuxième Page te propose de frissonner avec The Terror. Cette série, créée par David Kajganich et Soo Hugh, est un mélange ensorcelant, une histoire teintée par les récits d’aventures et l’esprit gothique du XIXe siècle. En 1845, une expédition décide de prendre le large pour découvrir le Passage du Nord-Ouest, tout près de l’océan Arctique. Une route maritime synonyme de nouvelles possibilités à l’époque. Deux navires britanniques se retrouvent à l’autre bout du monde : l’Erebus et le Terror. Coincés dans les glaces, les marins sont livrés à eux-mêmes, avec peu d’espoir de survie. La série extrapole ainsi sur la disparition mystérieuse de la fameuse expédition Franklin et nous livre sa propre explication, saupoudrée de fiction et de suspense. Peu à peu, The Terror devient un huis clos frigorifiant dont les protagonistes sont menacés par une créature vengeresse, mais aussi par leurs propres démons. Où l’humanité commence-t-elle et où s’arrête-t-elle quand la survie prend le dessus ? L’écriture et la réalisation sont assez spectaculaires. Les amoureux-ses de récits mêlant l’horreur à la philosophie ne seront pas déçu-e-s, et les autres découvriront un genre palpitant, singulier, dont la dernière adaptation télévisuelle réussie était la majestueuse série Penny Dreadful. Alors, si tu veux être transi d’émotions face à ta télévision, fonce sur Amazon Prime Video.

The Terror, créée par David Kajganich et Soo Hugh, 2018. © AMC


 

Les articles les plus lus sur Deuxième Page 

 


Image de une : OSHUN. © Face2face Studios