On le sait à la rédac, les jours passent vite, et il est parfois compliqué de trouver du temps pour lire et se poser. Alors, désormais, chaque dimanche, on te propose de (re)découvrir les publications de la semaine sur Deuxième Page. Entre l’invisibilisation que l’on expérimente sur les réseaux sociaux et le référencement parfois hasardeux du site, on s’est dit que ce petit récap hebdo ne serait pas de trop ! Et si tu as envie que l’on traite des sujets spécifiques à l’avenir, on attend tes suggestions en commentaire. Bonne lecture !

 

Sans le soutien de ses lectrices et lecteurs, Deuxième Page ne pourra pas poursuivre son travail sur le long terme. Si tu veux (et peux) aider l’association et le webzine, plusieurs options s’offrent à toi : un don sur Tipeee (ponctuel ou mensuel), un don libre via PayPal ou un abonnement à prix libre. Merci ! 

 
 

Revue de presse féministe #116 :
Le capitalisme brûle-t-il l’Amazonie ?

par la rédaction

© Lucas Landau/Reuters

Chaque semaine, on te propose des articles pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Et comme l’actualité peut parfois être difficile à appréhender, on accompagne ces lectures de recommandations culturelles, spécialement sélectionnées par les membres de la rédaction. Dans cette revue de presse, on se questionne : quels sont les enjeux écologiques au XXIe siècle ? Et quelle responsabilité porte le capitalisme quant au réchauffement climatique ? De quoi réfléchir, se révolter et agir.

 

Catharsis de la chair #1 : Sous la peau
par Blandine M. (Lyryana)

© Mary Long – stock.adobe.com

Pour la deuxième édition de Dépossédées, notre club de lecture, nous avions au début de l’été lancé un appel à textes sur le thème « Mon corps et moi ». Vous avez été nombreux-ses à nous partager vos écrits, toujours avec beaucoup de sincérité et de courage. Pour la première contribution à cette nouvelle rubrique, on te propose de découvrir le texte de Blandine. Elle s’adresse à son corps, à la fois son abri et son piège. Un corps qui a reçu des violences sans jamais faillir. Aujourd’hui, elle lui tend la main dans un élan de reconstruction.

 

Missfits #8 : Claudette Colvin,
la première a avoir refusé de céder sa place

par Eléa Pires

© Dudley M. Brooks/The Washington Post/Getty Images

Qui n’a jamais entendu parler de Rosa Parks, figure emblématique de la lutte antiraciste, qui s’est battue contre la ségrégation raciale aux États-Unis ? Cependant, il y a fort à parier que l’on soit beaucoup moins nombreux-ses à connaître celle qui a inspiré la militante elle-même, une jeune fille de 15 ans qui a ouvert la voie à des centaines de milliers de personnes à travers le monde : Claudette Colvin. Et si tu es curieux-se de découvrir d’autres femmes incroyables, invisibilisées et oubliées, notre rubrique « Missfits » devrait te plaire !

 

Deux séries pour en finir avec l’humour oppressif
par Caterina Tosati

© DR/Deuxième Page

Il paraît que pour être drôle, il faut se moquer de tout le monde, même si cela signifie perpétuer des stéréotypes aux conséquences dévastatrices pour certain-e-s d’entre nous. Désormais, en s’ouvrant à d’autres regards et à d’autres voix, la pop culture nous confirme que cette idée reçue est fausse. Pour Caterina, Tuca & Bertie et Brooklyn Nine-Nine prouvent avec brio qu’il est possible de faire rire sans être oppressifs-ves. Et, en bonus, elles parviennent même, entre deux blagues, à traiter de sujets de fond. On ne sait pas toi, mais nous, on a hâte de se caler dans le canap avec un plaid et un thé pour binger comme si demain n’existait pas !

 

Mémorandom #61 : Faut-il me voir pour le croire ?
par Nina Hedgsworth

© Grandfailure/stock.adobe.com

Chaque semaine, un-e membre de l’équipe te fait découvrir une page de son journal de bord, te partage son humeur et ses pensées dans « Mémorandom ». Un moyen génial de lier recommandations culturelles et écriture créative. Pour la reprise des publications, c’est Nina qui prend la plume. En tant que femme trans, durant des années, il lui a semblé vivre en apnée, retenant son souffle pour ne pas être vue ni remarquée, détournant l’attention de la personne qu’elle était vers ce qu’elle était capable d’accomplir. Aujourd’hui, c’est une confidence intime mais nécessaire qu’elle te fait.